Vous avez dit Bonheur ? (2 textes)

Publié le par Sarah Bay

icoLe Bonheur

Par Lorraine Chevrier, équipe Option Bien-Être

Le bonheur a-t-il à voir avec votre âge, votre sexe, votre position, votre lieu de résidence, votre niveau de scolarité ou encore votre situation financière?

Vous en doutez, et avec raison.
Qu’est-ce donc le bonheur pour vous?
N’est-ce pas simplement un sentiment, une émotion qui définit chaque instant dans votre vie? En d’autres termes, votre attitude face à votre existence, détermine votre état d’esprit. Un exercice de chaque minute qui passe. Le bonheur dépend de la façon dont vous menez votre vie et cette façon dépend entièrement de votre bagage de croyances. Il est toujours temps de revoir ce qui vous stoppe ou vous paralyse dans votre quête du bonheur. Il suffit de dégager votre esprit des opinions, des idées, des préjugés… que vous avez faits vôtres sans qu’elles ne vous ressemblent pour autant. Allez! Faites le ménage de tout cela !
Votre bonheur ne dépend pas des événements de votre vie, mais de la façon dont vous les percevez et interprétez.

infsEst-ce difficile pour vous d’accéder au bonheur?
Il n’y a pas de technique unique. Le bonheur s’acquiert progressivement. Il naît de l’expérience d’un moment joyeux qui crée une espèce de bourdonnement intérieur très agréable et parfois très intense. Il vous suffit de renouveler ces expériences, d’être conscient de ces instants. De les décortiquer, de les ressentir au moment même où ils sont vécus. Non pas comme un vague souvenir. Il s’agit de prendre conscience d’un 5 minutes de bonheur, puis sans vous en rendre compte vous aurez vécu 1 heure, puis une soirée, puis une journée tout entière!.... Quel bonheur!
Comme toutes belles choses de la vie, le bonheur se cultive. La vie est une grande aventure. Vous vivez pour apprendre créé et jouez. Appliquez- vous à briser la monotonie et n’ayez de crainte à oser de nouvelles expériences avant qu’il ne soit trop tard… Saviez-vous que seulement 0,9% des gens meurent heureux? Pourquoi ne feriez-vous pas parti de ces personnes qui changeront ces statistiques?

La vie vous a fait le cadeau de la liberté de penser, d`être et de créer! Allez-y gaiement et créez votre bonheur à la hauteur de vos aspirations!

Lorraine Chevrier, équipe Option Bien-Être


Abonnez-vous gratuitement au bulletin de l'équipe.Option-Bien-Être sur http://www.optionbienetre.com

 

 

«Plaidoyer pour le bonheur» (extrait), de Matthieu Ricard.

But pédagogique, non à vendre. 


 

VOUS AVEZ DIT BONHEUR?


Tout homme veut être heureux; mais, pour parvenir à l'être, il faudrait commencer par savoir ce que c'est que le bonheur.

                           Jean-Jacques Rousseau


Une amie américaine, devenue une grande éditrice de photographie, me racontait qu'après avoir passé leurs examens de fin d'études, elle-même et un groupe de camarades s'interrogèrent sur ce qu'elles désiraient faire dans l'existence. Lorsqu'elle déclara: « Je souhaite être heureuse », il y eut un silence gêné, puis l'une de ses compagnes s'exclama: « Quoi ? Comment quelqu'un d'aussi brillant que toi peut-il n'avoir d'autre ambition que d'être heureuse ! » Ce à quoi mon amie rétorqua: « Je ne vous ai pas dit comment je voulais être heureuse. Il y a tant de façons d'accéder au bonheur: fonder une famille, avoir des enfants, faire carrière, vivre des aventures, aider les autres, trouver la sérénité en soi... Quelle que soit l'activité que je choisisse, j'attends de l'existence un bonheur véritable».

Pour le Dalaï-lama, « le bonheur est le but de l'existence ». L'essayiste Pascal Bruckner affirme quant à lui: « Le bonheur ne m'intéresse pas. » Comment est-il possible d'avoir deux visions à ce point opposées de ce qui, pour la majorité d'entre nous, est une composante fondamentale de l'existence ? Ces deux personnes parlent-elles de la même chose ? Ne s'agirait-il pas d'un profond malentendu à propos de la définition même du bonheur?

Ce mot aurait-il été tellement galvaudé que, dégoûté par toutes les illusions et les mièvreries qu'il inspire, on s'en serait détourné? Pour certains, il est presque de mauvais goût de parler de recherche du bonheur. Revêtus d'une carapace de suffisance intellectuelle, ils s'en gaussent comme d'un roman à l'eau de rose.

Comment a-t-on pu en arriver à une telle dévaluation? Serait-ce dû à l'aspect factice du bonheur que nous proposent les médias et les paradis artificiels? Est-ce le signe de l'échec des moyens malhabiles mis en œuvre en vue d'atteindre un bonheur véritable? Nous faut-il pactiser avec l'angoisse plutôt que de faire un effort sincère et perspicace pour démêler l'écheveau du bonheur et de la souffrance?

Selon Henri Bergson: « On désigne par bonheur quelque chose de complexe et de confus, un de ces concepts que l'humanité a voulu laisser dans le vague pour que chacun le détermine à sa manière. » D'un point de vue pratique, laisser la compréhension du bonheur dans le vague ne serait pas trop grave si l'on parlait au plus d'un sentiment fugace et sans conséquences, mais il en va tout autrement, puisqu'il s'agit d'une manière d'être qui détermine la qualité de chaque instant de notre vie. Mais qu'est-ce que le bonheur?

Une étonnante variété


Les sociologues, nous en reparlerons, définissent le bonheur comme « le degré selon lequel une personne évalue positivement la qualité de sa vie dans son ensemble. En d'autres termes, le bonheur exprime à quel point une personne aime la vie qu'elle mène». Tout dépend bien sûr si « aimer la vie » se réfère à une satisfaction profonde ou se réduit à une simple appréciation des conditions extérieures dans lesquelles se déroule notre existence. Pour certains, le bonheur ne serait qu'une « impression ponctuelle, fugitive, dont l'intensité et la durée varient avec la disponibilité des biens qui le rendent possibles ». Un bonheur insaisissable donc, entièrement voué à des circonstances dont le contrôle nous échappe. Pour le philosophe Robert Misrahi, au contraire, le bonheur est « le rayonnement de la joie sur l'existence entière ou sur la part la plus vivante de son passé actif, de son présent actuel et de son avenir pensable ». Pourrait-il donc constituer un état d'être durable? Selon André Comte-Sponville, « on peut appeler bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible ». Est-il alors possible d'accroître cette durée ? Il y a mille conceptions du bonheur. Et nombre de philosophes ont tenté de proposer la leur. Ainsi, selon saint Augustin, le bonheur est la « joie qui naît de la vérité». Pour Emmanuel Kant, le bonheur doit être rationnel et coupé de toute inclination personnelle, et pour Marx il s'agit de l'épanouissement par le travail. Mon but n'est pas de les énumérer, mais de relever à quel point elles diffèrent et souvent se contredisent. « Sur la nature même du bonheur, écrivait Aristote, on ne s'entend plus et les explications des sages et de la foule sont en désaccord».

 

 

222724 341207219328619 2006794639 nN hesitez pas a m´Ecrire si vous avez besoin dun conseil ou d'une solution Mots-Bonheur.

infos@infosbonheur.fr

Tres bonne journée.

Sarah.

 

Cet article vous a plu ? Parlez-en !...Merci de partager cet article sur

Twitter ou sur Facebook,ou de mettre un petit + 1 chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous.

Publié dans Metafisique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article