Solutions Bonheur : Que faire Face a un(e) Manipulateur(trice) ou un(e) pervers(e) ...?

Publié le par Sarah Bay

6756029683_2dcb4c7934.jpgQue faire Face a un Manipulateur...?


Faites le point avec vous-même.


Établissez un examen de conscience objectif sur vos qualités et défauts car bien souvent le manipulateur se sert d’un seul acte de la personne pour la juger sur sa globalité, par exemple :


« Est-il vrai que je suis égoïste ?Voilà tout ce que j’ai fait pour elle depuis trois ans… »,


« Est-il vrai que je ne suis pas à la hauteur ? Voilà les éléments que je peux mettre à mon actif… ».


Ensuite, faites le tri de ce qui relève réellement de votre responsabilité car le propre du manipulateur est de brouiller les frontières en faisant passer ses besoins avant les vôtres :

« Est-ce que son problème existe indépendamment de moi ou en suis-je vraiment à l’origine ? »

« Jusqu’où puis-je répondre à sa demande tout en me respectant ? ».

Une fois que vous aurez évalué vos limites, vous pourrez prendre une décision claire. Deux stratégies s’offrent alors à vous : la contre-manipulation ou la confrontation.

 

46195761_e1bd89fee4.jpgContre-manipulez

1. Lorsque le manipulateur détourne le sujet, revenez-y immédiatement.

2. Ne vous justifiez pas ! Vous défendre ou tenter de lui faire entendre raison donne prise au manipulateur.

3. Feintez verbalement l’indifférence, le but étant de se protéger en ne réagissant pas à ses provocations :

• « C’est ton point de vue. »
• « Tu crois ce que tu veux à mon sujet. »
• « J’ai déjà entendu ça des centaines de fois. »
• « Mh, voilà une belle interprétation ! »
• « Quel mari es-tu pour aimer ta femme comme ça ? »
• « Eh oui, je ne fais rien comme tout le monde ! »
• « Tout le monde ne pense pas comme toi. »
• « Je ne suis pas de cet avis. »
• « Chacun ses goûts ! »

Isabelle Nazare-Aga conseille :

 

Vos phrases doivent être courtes, si possible non agressives, le plus important est de lui montrer que ses calomnies ne vous touchent plus, même si cela continue d’être faux pendant encore un certain temps. Aussi, décelez les doubles contraintes et demandez-lui s’il y a une option qu’il ou elle préfère à l’autre. Ensuite, faites ce qui vous convient.

4. Décelez la communication typiquement perverse ou l’intentionnalité de destruction psychique ou physique. Par exemple :

• « Tu m’appartiens »
• « Je fais de toi ce qui me plaît. »
• « Tu n’es qu’une serpillière et je te pisse dessus. ».

À cela, Isabelle Nazare-Aga conseille encore:

 

Si vous entendez des phrases comme ça, sauvez-vous sans laisser d’adresse !

On ne gagne pas contre un pervers !

Encore moins lorsqu’il entre dans l’intimité de la chambre à coucher.

 

1270681896_7a87dd7d91.jpgConfrontez-le

Cette seconde stratégie est plus impliquante, elle risque de vous amener à vous positionner sur la nature du lien que vous souhaitez entretenir avec le manipulateur. Elle consiste à renvoyer l’autre à sa responsabilité.

Selon Jacques Salomé, auteur de “Pour ne plus vivre sur la planète Taire” (Albin Michel, 1997) : Tout reproche exprime une demande indirecte. Ainsi, il s’agit d’amener l’autre à formuler son besoin mais aussi, d’accepter de passer aux yeux du manipulateur pour le/la mauvais(e) en renonçant à l’image idéale de soi. C’est possible lorsqu’on prend réellement conscience de sa propre valeur - c’est une chose qui se travaille -, cela vous permet de vous libérer de son regard inquisiteur et donc de retrouver votre liberté.


http://www.aujardindelamitie.com/JardinInfo/Violence/CommunicationAvecUnManipulateur/communication_avec_un_manipulateur.htm

 

En esperant que cet article vous permette de trouver vos solutions.

Bonne Journée,

Sarah


 

newmoi1

Cet article vous a plu ? Parlez-en !...Merci de partager cet article sur

Twitter ou sur Facebook,ou de mettre un petit + 1 chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous.

Si vous l' avez trouvé sympa, bien sûr,et si vous jugez qu il peut aider quelqu'un.Merci d'avance.

 


 

Publié dans A LIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article