Devenez Chanceux !!! et ne vous plaignez plus

Publié le par Sarah Bay

moiLa chance n’est pas une affaire de chance

Par FWH
La chance n’est pas quelque chose que certains ont et d’autres non. La formulation "avoir de la chance" est inappropriée car la chance est un état d’être, juste un "État d'Etre". Jamais elle ne se présente comme un"état d’avoir". Ce n’est pas un objet !

La cause première de toute malchance est intégralement liée à la confusion que l'on fait entre "état d’être" et "état d’avoir" : lorsqu’on cherche à obtenir un objet qui n’existe pas, l’échec est forcément au rendez-vous : il n'y a ici aucun mystère.

L’état d’être n’est rien d’autre qu’un aimant : soit on redoute le pire et on l’attire, soit on s’attend au meilleur et on l’attire. Point. Mais l’aimant ne fonctionne pas mentalement, il ne fonctionne que émotionnellement : c’est ici une grandiose subtilité systématiquement occultée.

o 3335Il y a ceux qui croient au meilleur et ceux qui redoutent le pire : ne soyez plus étonné de voir des individus bénéficier de chances soi-disant imméritées. Il n’y a rien d’immérité. Ces personnes adoptent juste des modes vibratoires appropriés (via des facteurs émotionnels souvent générés inconsciemment).
On peut voir l'injustice dans le fait que ce don inné est accordé à certains tandis que d’autres semblent devoir doivent s’entraîner à le recevoir. Mais persister dans cette perception est dramatique ! En définitive c'est là l'un des meilleurs moyens d’éterniser ad vitam aeternam l'ensemble de ses "malchances".

Se plaindre est un non-sens. Une telle attitude ne change rien aux faits, bien au contraire. Il n’y a pas seulement un parcours unique et figé qui mène à une destination choisie, plusieurs milliers peuvent y conduire mais un seul est le vôtre. Il s’agit de trouver LE chemin qui VOUS correspond. Dans cette optique, celui de la plainte n'est jamais optimal !

Sb2Appelez et ça répondra, car le hasard n'existe pas.

Les dons ne s'inventent pas. Ils sont ou ne sont pas. Mais lorsqu'on ne fait pas partie des privilégiés qui « savent » attirer la chance de manière innée, on peut quand même s’entraîner à l’appeler : elle répondra.
Le hasard n'existe pas, et la fatalité non plus. En quelque sorte on pourra créer « artificiellement » ses chances en passant – de façon temporaire – par le mental cartésien, et la clé consiste alors à bien discerner (objectivement) les processus fondamentaux qui oeuvrent, afin d'en faire une seconde peau.

Mais une fois acquises, les méthodes intellectualisées doivent peu à peu se métamorphoser en vérités émotionnelles. C’est là et seulement là qu'arrivent dans votre vie des tas de petits « miracles inattendus », et ils surviennent alors de plus en plus fréquemment.

Vous commencez à « avoir » de la chance ? Non !! Surtout pas de retour dans les amalgames ! En vérité vous n’avez rien, vous ne faites que « devenir chance ». N’oublions jamais que la chance est un état d'être, rien d'autre.

nlLa chance ne s'obtient pas, on la devient. Après quoi il n'y a rien de spécial à faire pour la conserver, sinon continuer à être ce que l’on est. Car l'état d'être perdure naturellement, contrairement à l'état d’avoir qui lui, peut s'épuiser et s’annihiler très facilement, vous le savez bien j’imagine.

Par exemple, pouvez-vous désapprendre à lire ? Certainement pas, sauf en cas de grave accident cérébral. De la même façon, en dehors de situations extrêmes vous ne pourrez plus « désapprendre la chance » lorsqu'elle fera partie de votre être.

sbrougeAlors comment attirer « artificiellement » la chance ? Comment la pratiquer alors qu'elle n'est pas encore naturellement une seconde nature ? Les processus fondamentaux qui oeuvrent sont d'une infinie subtilité, mais la base élémentaire se nomme « Instants-Clé ». Tout passe d’abord par un discernement optimal des « Instants-Clés » qui parsèment l'existence. A suivre…
Fabrice William Herbert, auteur de la Trilogie "Bible du Hasard".

 

 

http://www.hasard.info
http://www.destinee.info

 


Publié dans A LIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article